Comment votre Société peut-elle éviter le #Syndrome #Kodak ?

par / samedi, 22 août 2015 / Publié dans#Blog, Citations, F. Scott Fitzgerald

Nos 7 conseils pour une entreprise « AWARE »

Viser la consécration ?


Nous sommes en 2009, le président Obama a décerné à l’inventeur du premier appareil photo numérique, la Médaille nationale de technologie et de l’innovation lors d’une cérémonie à la Maison Blanche.

Ce premier appareil photo numérique est exposé aujourd’hui au Musée national d’histoire américaine de la Smithsonian Institution.

Comment cela a-t-il démarré ?

Nous sommes en 1973, Steven Sasson, jeune ingénieur de 24 ans est embauché par Eastman Kodak. Il ne le sait pas encore mais 2 ans plus tard, il aura inventé le processus qui nous permet aujourd’hui de faire des photos avec nos téléphones, envoyer des images à travers le monde en quelques secondes et les partager avec des millions de personnes.

Il ne sait non plus que 39 ans après, soit en 2012, le groupe qui l’a embauché et qui avait réussi à entrer dans le club très fermé des sociétés ayant fait entrer leur marque dans le langage commun comme : Aspirine, Bottin, Bic, Canadair, Dictaphone, Escalator, Frigidaire, Hygiaphone, Jeep, Maïzena, Post-it, Sonotone, Thermos, Vaseline, Zodiac…

Ce groupe, disais-je, allait voir ses actions dramatiquement chuter en quelques mois, avant de se déclare en faillite.

Kodak : performante et innovante !

Et pourtant, cette société performante, innovait constamment :

  •  20 milliards de résultats
  • une marge d’exploitation de 17 %
  • 19.000 brevets
  • En 1975,  Kodak invente l’appareil photo numérique

Mais alors c’est quoi le problème ?

Les « mauvaises raisons » de sa chute ?

  • L’entreprise n’est pas morte faute de fragilité capitalistique, ni de résultats (à l’origine)
  • L’entreprise n’est pas morte faute d’intelligence
  • pas même faute d’avoir sous-investi dans la recherche
  • ni de manque de sa créativité
  • ni de manque d’innovation

Kodak est une poule aux œufs d’or que personne ne veut tuer surtout pas les actionnaires dopés au court terme.

Le top management est « tranquille » et automatise son attention sur un trend de résultats financiers stable ou croissant, et ou tout va bien… alors pourquoi s’en faire ?

Son secteur va finalement basculer de l’analogique au digital. Mais le temps de se réveiller, d’oser prendre des décisions courageuses,… – le courage, c’est dur après des années de confort.. – Bref, c’est trop tard, Sony, Nikon, Canon sont dans la place, les clients basculent et c’est la chute.

Oser-Performer - Syndrome Kodak

Mais, de quoi est morte Kodak ?

Kodak avait dans ses cartons de nombreuses, idées, projets, innovations…  mais elle a renoncé à les développer pour ne pas mettre en péril son business model existant et rentable, en fait Kodak est morte :

  • par une vision trop court-terme
  • par une incapacité à concevoir un nouveau modèle économique – en rupture avec le précédent
  • par sa peur du changement – par son manque d’audace ?
  • une mauvaise stratégie ? celle, très populaire, de la zone de compétences, de confort, d’excellence… et renoncent à toutes les autres activités

mais ce n’était pas la première fois qu’elle rencontrait un problème… elle a eu d’autres alertes :

 

  • Dans les années 1980, Kodak produira brièvement – pour rattraper un concurrent – sa propre ligne d’appareils instantanés (EK4 et 6) et ses films dans un format dédié, avant de perdre une bataille de brevet contre Polaroid en 1986
  • Kodak avait déjà laissé filer le marché de la photocopieuse et de l’imprimante… pour lesquels il avait toute la compétence et technologie pour s’y intéresser

Donc il convient de rajouter aux raisons de sa chute :

  • son manque de vigilance à tirer les enseignements de ses échecs
  • son obstination aveugle et une certaine arrogance ? – accrochés à leur savoir-faire historique

 

Car pendant que les nouvelles technologies du digital ont complètement changé le marché des appareils photos, ils ont fermés les yeux face à la concurrence, celle des smartphones par exemple. Et l’expérience (usages) du consommateur a aussi radicalement changé …

Qu’en est-il pour votre entreprise ?

Beaucoup d’entreprises à succès se débattent avec les mêmes rigidités. Comment faire des résultats avec des acquis qui ont porté leurs fruits, tout en prenant le temps de se renouveler ?

Comment la vache à lait peut-elle devenir le moyen de prendre des risques – qui coûtent, qui dérangent , qui génère des dysfonctionnements,…

« Le syndrome Kodak n’est pas seulement organisationnel,
c’est surtout un problème humain »

[Frederik Anseel]

Il en est de même pour vous-même, à titre personnel.. Comment rester productif dans votre travail tout en anticipant les nouvelles évolutions et tendances et donc en se remettant sans cesse en question pour acquérir de nouvelles compétences comme si cela était vital (ça le sera demain) ?

En s’offrant, malgré un agenda chargé, le temps de réfléchir, de s’inspirer, et aussi de trouver de nouvelles manières de travailler ….

Comment votre Société peut-elle éviter ce syndrome Kodak ?

Peut-être faut-il que les dirigeants et managers, vous,… vous n’autorisez à :

  • revoir votre stratégie ? – indépendamment des zones de compétences, de confort, d’excellence historique
  • concevoir un/des nouveau(x) modèle(s) économique(s)
  • oser le changement et avoir de l’audace ? (vraiment)
  • tirer systématiquement (et positivement) les enseignements des échecs passés ?
  • acquérir une clairvoyance, perdre vos certitudes et peut-être gagner en humilité ?

 

Quels seraient nos Conseils ?

Nos 7 conseils, à appliquer d’abord au COMEX puis vers le terrain :

  1. TRAVAILLEZ VOTRE OUVERTURE DE CONSCIENCE INDIVIDUELLE ET COLLECTIVE
  2. SOYEZ VIGILANT A ÉCOUTER VOS COLLABORATEURS – passer d  u temps et montrez à vos manager – quotidiennement
  3. SOYEZ VIGILANT A ÉCOUTER VOS CLIENTS – et donc formez vos commerciaux à faire bien plus que simplement vendre – régulièrement
  4. SOYEZ AMBITIEUX, VISEZ DE DEVENIR LEADER, POSITIONNEZ VOTRE CHALLENGE SUR L’INNOVATION – et non sur le résultat immédiat
  5. FAVORISEZ L’INTRAPRENEURIAT effectivement – par le changement radical de votre management
  6. INNOVER (vraiment) SANS CESSE à tous les niveaux et dans tous les domaines et acceptez les aléas et les erreurs
  7. BOOSTEZ VOS PROJETS AUDACIEUX et REVISITER régulièrement les PROCESSUS D’INNOVATIONS en cours

 

Notre point de vigilance pour initier votre « Performance Transformation » ?

Pourquoi ce premier conseil : « TRAVAILLEZ VOTRE OUVERTURE DE CONSCIENCE INDIVIDUELLE ET COLLECTIVE  » ?

Car les dirigeants de KODAK n’étaient pas plus stupides que les autres…

La voie n’est donc pas dans l’intelligence, ni dans la compétence,… elle est ailleurs !

« Observer, avoir un avis, commenter est une chose,
agir en est une autre… »

Les Neurosciences nous l’enseignent : généralisation, sélection, distorsion,… nous conduisent à une certaine méconnaissance; tout est bon dans notre cerveau pour préserver notre homéostasie, nos habitudes…

« Quand je vois ce que je vois, que j’entends ce que j’entends, et que je ressens ce que je ressens… je me dis que j’ai raison de penser ce que je pense,
de dire ce que je dis et de faire ce que je fais. »

[Thierry Le Scoul]

Ce qui est une petite variante personnelle de cette citation originale bien connue:

« Quand je vois ce que je vois et que j’entends ce que j’entends, je suis bien content de penser de ce que je pense. »
[Fernand Raynaud]

Nous percevons notre environnement selon notre méta-modèle et avons nos méta-programmes qui guident notre manière de sélection de l’information, d’organisation de l ‘information et de mise en action, qui nous sont propres et issus de notre apprentissage.

Ainsi chacun de nous a SA RÉALITÉ, somme toute, celle que nous nous construisons et celle dont nous nous servons pour continuer à sélectionner, distordre et généraliser en fonction de nos propres croyances.

Et au delà de nos perceptions, nos pensées, nos croyances individuelles,.. ça fonctionne aussi pour nos CROYANCES COLLECTIVES… qui peuvent être inscrites dans la culture de votre entreprise.

Donc , même avec tout devant nos yeux nous pouvons ne pas voir…  ne pas pouvoir voir… ne pas vouloir voir… malgré nous.

Les dirigeants de KODAK n’étaient pas stupides … toutefois ils n’ont pas pris les bonnes décisions,
au bon moment.

Donc malgré notre souhait, nos efforts,… nous pouvons avoir de fortes résistances internes, dont la source nous échappe, autant d’obstacles, de freins, ou de peurs inconscientes qui ne vous permettent pas de vous engager effectivement dans la bonne voie.

Peut-être faut-il accepter nos apparentes contradictions.

La question « Faire des résultats –  OU – prendre des risques ? » est-elle la bonne ?

ou bien…

Comment faire des résultats & s’engager dans l’acceptation du risque de la nouveauté ?

Le « & » serait-il essentiel ?

« Le summum de l’intelligence, c’est l’habilité à garder à l’esprit deux idées opposées  en même temps, tout en continuant à fonctionner. »
[F. Scott Fitzgerald]

Ça vous parle ?

 

Taggé sur : ,
TOP
%d blogueurs aiment cette page :